Le traitement laser Monalisa® pratiqué au cabinet

 Il s’agit d’un traitement révolutionnaire prenant en charge entre autre la sécheresse vaginale due à l’atrophie vaginale causée par la ménopause. On dénombre en avril 2015, 50 systèmes lasers vendus dans le monde dans des universités, des hôpitaux et des centres privés.
Ce traitement permet également de traiter les symptômes d’atrophie vulvo-vaginale, de sécheresse vaginale et des douleurs lors des rapports en cas :
-de ménopause précoce (chez une patiente ayant moins de 40 ans) soit spontanée soit induite par des traitements chirurgicaux ou médicamenteux
– d’insuffisance ovarienne prématurée
-d’un inconfort vulvaire suite à un accouchement ou de douleurs lors des rapports suite à un accouchement par voie basse avec des instruments ( forceps notamment)
-de traitement non chirurgical de la laxité vaginale
-d’incontinence urinaire d’effort modérée
Ce traitement envoie via une impulsion laser un choc thermique au niveau des cellules qui favorisent la production de certaines protéines ( fibroblastes, protéoglycanes..) en autres dont la production diminue avec la ménopause. Ces protéines permettent de retenir l’eau au niveau cellulaire et favorisent la lubrification.
Le traitement consiste en 3 séances durant 15 minutes environ espacées de 4 à 6 semaines. Une consultation est réalisée au préalable pour éliminer certaines contre-indications au traitement.
Il s’agit d’un traitement indolore. Le traitement est effectué en position gynécologique. Il ne nécessite pas d’arrêt de travail.
Une séance d’entretien peut être réalisée de façon annuelle si besoin.
Vous trouverez  ci dessous le lien montrant le déroulement d’une séance.
Après le traitement, il est recommandé:
– de porter des sous vêtements en fibres naturelles et pas trop moulants
– de ne pas porter de collants, ni de pantalons moulants afin de permettre à la zone traitée de respirer, pendant 3 à 4 jours 
– de ne pas prendre de bain chaud, de ne pas soulever d’objets lourds et de ne pratiquer aucun exercice physique intense pendant 3-4 jours
– Il est recommandé de s’abstenir de tout rapport sexuel dans la semaine qui suit le traitement 

Les traitements de la ménopause

  • Les traitements non hormonaux lubrifiants et hydratants

Les traitements lubrifiants sont à base d’eau. Ils servent surtout à soulager la sécheresse vaginale lors des rapports sexuels. Ils sont disponibles à la pharmacie sans ordonnance. Ils constituent un traitement d’appoint. Ils sont conseillés aux patientes qui présentent des symptômes de sécheresse vaginale et qui ne souhaitent pas avoir de traitement hormonal ou aux patientes qui ont une contre-indication au traitement hormonal substitutif ( cancer du sein, antécédent de phlébite).

  • Les préparations aux phyto-oestrogènes

Ce sont des compléments alimentaires à base de soja. Ils sont efficaces sur les bouffées de chaleur, mais entrainent la production d’oestrogènes. Ils pourraient entraîner le même risque de cancer du sein qu’un traitement hormonal substitutif. Mais peu études scientifiques existent sur le sujet.

  • Le traitement homéopathique, les compléments alimentaires

Il existe plusieurs possibilités pour la mise en place d’un traitement homéopathique. La mise en place du traitement dépend des caractéristiques des bouffées de chaleur.

Plusieurs préparations à type de compléments alimentaires sont disponibles sur le marché. Il faut savoir que les compléments alimentaires n’ont pas les mêmes contrôles qualités lorsqu’ils sont mis sur le marché que les médicaments. Il faut 3 mois avant qu’un complément alimentaire soit mis sur le marché alors qu’il faut 8 à 10 ans pour qu’un médicament puisse être commercialisé. Nous ne disposons que de peu d’études scientifiques à leurs sujets. Les compléments alimentaires à base de lait de jument semblent efficaces sur les bouffées de chaleur.

  • Le traitement hormonal substitutif

On prescrit 2 types d’hormones, des oestrogènes et de la progestérone. Pour les femmes ayant subit une hystérectomie, des oestrogènes seuls sont prescrits. Les bénéfices/risques de ce traitement doivent faire l’objet d’une consultation médicale avant la prescription.

  • Les traitements par oestrogènes locaux

Ces traitements permettent de traiter les problèmes vaginaux causés par la sécheresse. Ils peuvent être prescrits en crème ou en ovule. Ils sont contre-indiqués en cas de saignements vaginaux et/ou utérins, de cancer de l’endomètre et d’antécédent de phlébite.

  • Le traitement par laser gynécologique

Il permet à l’aide d’une sonde vaginale adaptée reliée à une machine laser d’émettre un faisceau laser au niveau des parois vaginales. Schématiquement, le faisceau laser provoque un choc thermique au niveau des cellules de la paroi vaginale. Ce choc thermique leur fait fabriquer à nouveau certaines protéines dont la production avait diminuée avec la ménopause ( protéoglycanes..). Ceci a pour conséquence un épaississement des tissus favorisant la lubrification sur le long terme.

Le traitement consiste en 3 séances à 6 semaines d’intervalle. Il dure une dizaine de minutes et est indolore. Des séances d’entretien peuvent être réalisées une fois par an si nécessaire.

  • L’hygiène de vie

Limiter la consommation de thé et de café peut également permettre de diminuer les bouffées de chaleur.

Avoir une activité physique régulière permet également de limiter les bouffées de chaleur, de limiter la prise de poids et de limiter le risque d’ostéoporose.

L’arrêt du tabac permet également de limiter les bouffées de chaleur.

La ménopause et la péri-ménopause

Beaucoup de patientes me posent la question de savoir si elles sont ménopausées. On considère qu’une patiente est ménopausée lorsqu’il y a eu disparition des règles après 12 mois consécutifs à l’exclusion de causes pathologiques ou physiologiques évidentes.

L’âge de la ménopause varie d’une femme à l’autre. On considère qu’il survient en moyenne à 50 ans. Il n’est pas forcément influencé par l’âge des premières règles.

On parle de ménopause prématurée précoce, si la ménopause survient avant 40 ans.La ménopause peut également être induite soit par un traitement chirurgical ( ovariectomie bilatérale qui consiste en l’ablation des 2 ovaires) ou par un traitement médicamenteux ( chimiothérapie, rayonnements, traitements anti-tumoraux…)

La péri-ménopause est la période qui précède la ménopause. Elle survient en moyenne 1 à 2 ans avant la ménopause.

La péri-ménopause se caractérise par une variabilité du rythme et du flux des cycles menstruels. Les cycles peuvent se rallonger ou se raccourcir.

Il peut exister des troubles vasomoteurs liés à la carence en oestrogènes. Ces signes ne sont pas systématiques chez toutes les patientes. Ils se caractérisent par des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes et peuvent induire des troubles du sommeil. Des troubles de l’humeur peuvent également être constatés. Ces symptômes ont tendance à disparaitre avec le temps.

En post-ménopause, peuvent survenir des troubles du tropisme uro-génital à type de brûlures vaginales due à l’atrophie vulvo-vaginale, de sécheresse vaginale, de douleurs lors des rapports et de troubles mictionnels.